mardi 18 septembre 2018

Les portes de l’Apocalypse

Avant de se lancer dans une telle aventure autour du monde à la voile en solitaire et par les 3 caps, imaginer les difficultés à affronter dans tous les domaines reste une gageure. 
On pense tout d'abord aux problèmes d'autonomie. L'humain n'est pas habitué à vivre 300 jours d'affilée dans un milieu qui n'est pas le sien. Il faut essayer de « tout » prévoir à terre, avant le départ et on réalise très vite, en mer, que c'était impossible. A la première difficulté rencontrée, on doit s'adapter avec ce qu'on a. La prise de conscience de ne plus disposer du confort de la vie terrestre vous explose en pleine figure. Mais je reviendrai une autre fois sur ce sujet, plus en profondeur.
Aujourd'hui je voulais surtout vous parler de la réalité du milieu. Et là je pense que c'est la plus grande inconnue : la mer ! Celle qui illustre si joliment les catalogues des agences de tourisme pour vous vendre des voyages de rêve n'est pas du tout celle que l'on va rencontrer. Elle est dix fois plus belle à vivre dans de telles conditions, sur son bateau, en harmonie avec les éléments qui nous entourent. On a le temps d'en profiter et de réaliser l'immense bonheur qu'elle peut procurer à l'homme, au marin solitaire, loin des plus beaux rivages du monde ... A terre, on ne peut qu imaginer et on sera toujours tellement loin de la merveilleuse réalité. C'est encore plus vrai lorsqu'elle se déchaîne. Les plus beaux films maritimes ne pourront malheureusement jamais retranscrire les réelles émotions ressenties dans la furie. 
Même si j'étais loin de subir le pire qu'il puisse encore arriver d'ici à la fin du parcours, j'ai vécu hier une journée très difficile. Et c'est dans ces moments là que l'on prend vite conscience de la dure vie de marin. Une mer forte due à un vent fort à affronter de face plantent le décor d'une navigation compliquée. Chanik et moi étions à la limite de nous mettre en situation de « fuite » pour étaler ce mauvais temps. J avais décidé d'avancer au près contre 30 à 35 noeuds de vent établi. Au final nous en avons beaucoup souffert. Chanik était vautrée en permanence malgré une voilure réduite au minimum. La forte gite permanente me faisait marcher sur les murs. Et nous avons subi quelques avaries: la fixation des WC s'est arrachée, une porte d'un placard s'est envolée et l'éolienne a perdu 2 pales. De nombreuses déferlantes arrivaient à faire rentrer de l'eau à l'intérieur malgré le maximum de précautions d'étanchéité prises au fur et à mesure. C'est là qu'on s'aperçoit qu'un bateau n'est pas un tupperware ... beaucoup de stress et d'anxiété, et beaucoup de temps en mode "survie" à tenter de ramasser tout ce qui valdinguait à travers le bateau et le reste du temps à essorer l'eau des cales ... un vrai bonheur à vivre !
Aujourd'hui, cela va beaucoup mieux. Un vent de 20 noeuds nous pousse sous un soleil radieux. Magique ! 
Après coup, ou encore, loin de tout cela, bien installé dans son canapé à la maison, il est toujours facile de critiquer notre choix. Mais je ne peux pas m'empêcher de le faire, comme vous sans doute ; peut-être aurais-je dû affaler complètement ma grand-voile ou bien me mettre à la cape ou encore prendre la fuite ... J'aurais pu aussi tout simplement ne pas être là à tenter de vivre ce périple délirant. J'aurais pu rester avec vous, à partager avec bonheur une bière. Nous aurions évoqué ensemble, avec nostalgie, la possibilité de pouvoir « rêver un impossible rêve ... » que savait si bien décrire Le Grand Jacques.
« Encore un grand Merci à toi, Magali, ma Pénélope, pour ton soutien sans faille ! Sans toi, sans tes messages, j'aurais déjà abandonné 10000 fois depuis le début et peut-être encore hier... "

11 commentaires:

  1. Bonjour Fanch ! Nous te suivons régulièrement et sommes plein d’admiration. Quelle aventure !
    Amicalement, Bénédicte Daniel OCTAVE (Jacaré)

    RépondreSupprimer
  2. courage Fanch! on te suit dans ton voyage , pas facile ces derniers temps
    plein de bises

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Fanch, voilà une rude journée qui confirme que les WC marins sont en toutes circonstances une source d'emm....! Blague à part, bon courage et bravo. Ça donne envie d'une longue navigation. Amitiés, Dominique VSF

    RépondreSupprimer
  4. Nous pensons tous à toi Fanch. Toutes nos pensées positives volent vers toi. Courage!!

    RépondreSupprimer
  5. Bonsoir,et bien moi ,je vous trouve très courageux ,c'est sûr que j'aurais déjà fait demi tour,moi ,une semaine peut-être mais pas plus,il n'y à que les poissons pour oser une telle aventure !!!mais bon ,chacun son trip !!
    Vous dites qu'aucun film ne peut retranscrire ce que vous vivez réellement ,moi qui ai vu "En solitaire " avec François Cluset ,je suis déçue d'apprendre qu' il ne reflète pas la vérité ,car ce film m'avais beaucoup plu.
    En tout cas soyez heureux,vous et vos compères sur Alizée2 ,encore bon courage et bonne longue route. Bon vent pour la suite de votre aventure.

    RépondreSupprimer
  6. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  7. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  8. J'ai supprimé car à chaque fois mon message apparait plusieurs fois ,bizarre !!!

    RépondreSupprimer
  9. J'ai supprimé car à chaque fois mon message apparait plusieurs fois ,bizarre !!!

    RépondreSupprimer
  10. Bonsoir,et bien moi ,je vous trouve très courageux ,c'est sûr que j'aurais déjà fait demi tour,moi ,une semaine peut-être mais pas plus,il n'y à que les poissons pour oser une telle aventure !!!mais bon ,chacun son trip !!
    Vous dites qu'aucun film ne peut retranscrire ce que vous vivez réellement ,moi qui ai vu "En solitaire " avec François Cluset ,je suis déçue d'apprendre qu' il ne reflète pas la vérité ,car ce film m'avais beaucoup plu.
    En tout cas soyez heureux,vous et vos compères sur Alizée2 ,encore bon courage et bonne longue route. Bon vent pour la suite de votre aventure.

    RépondreSupprimer